AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Interview pilote russe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wirbel



Nombre de messages : 490
Age : 52
Localisation : Nice
Date d'inscription : 30/09/2010

MessageSujet: Interview pilote russe   Dim 6 Mar 2011 - 14:31

Salut, je suis tombé par hasard sur l'interview d'un pilote Russe qui m'a semblée intéressante.

J'ai donc traduit ce texte qui est en anglais ici : http://www.ww2aircraft.net/forum/stories/interview-russian-yak-9-pilot-part-1-a-4471.html

Pour dégrossir j'ai commencé avec des traducteurs en ligne puis j'ai peaufiné à la mano. Comme d'habitude, les gens qui écrivent en anglais sont assez charabiesques et il faut pas mal de patience pour recoller les morceaux... Il y a certainement quelques coquilles mais c'est lisible.

Bonne lecture.

C'est tout chaud, attention ça brûle ...





Interview d’un pilote Russe de YAK-9 - 1ère partie

Tout en essayant de fixer une date et un lieu pour l'entrevue avec "notre " pilote, nous avons eu l'impression d’un homme strict qui préfère garder sa vie privée et rester loin des yeux du public. Une autre chose qui nous a concernés est qu'il a dit avoir piloté 15 types d'avions, ce qui nous a un peu déconcertés.

Bref, nous avons eu quelques préoccupations, espérons-le pour le bien. Le jour de notre rencontre, cet homme de 83 ans nous a semblé gentil, avec une bonne poignée de main, une très bonne mémoire. Nous avons quelques photos du poste de pilotage provenant du jeu (IL2) et il a aimé donner des détails et a trouvé qu'elles étaient plutôt fidèles. C’est surtout un homme honnête qui ne raconte pas de choses fausses à son sujet.

Le pilote nous a demandé de rester anonyme car il ne souhaite pas apparaître aux yeux du public, de sorte que nous pouvons seulement dire que l'entrevue a eu lieu en Israël et que nous ferons référence à lui en tant que "A" dans l'interview.

Comme nous avions un interprète, nous ne pouvons pas dire que nous le citons de la manière la plus exacte qui soit, mais nous avons fait de notre mieux pour rapporter les choses dans l’esprit et les faits.

Nous avons eu seulement une heure pour compléter l'interview et voici donc son histoire de manière très brève:
"A" est né à Gomel en Biélorussie en 1923. En 1939 à l'âge de 16 ans, il s'est joint à l’aéroclub de la ville d'Odessa et a appris à voler sur Polikarpov-2 pendant 1 an. Il rejoint l'armée à l'âge de 17 ans. Alors que l’âge de l'enrôlement était de 18 ans, il a obtenu la permission de le faire après avoir envoyé une lettre au ministre de la Défense. En Septembre 1940, il rejoint l'école de pilotage de la force aérienne à Odessa et plus tard, la guerre approchant, l'école a été déplacée (Ordres) à Stalingrad pour devenir une école de combat aérien de 1000 hommes. Quand la guerre éclata, on a pensé faire de 600de ces hommes des soldats réguliers, mais cette idée a été abandonnée et tout le monde a poursuivi ses cours de vol. La formation commençait sur des PO-2 (Biplans Polikarpov) et se poursuivait sur Polikarpov UTI-4 (Monoplan) et ensuite sur I-16.

En 1941 quand la guerre a commencé, l'école a été déplacée vers un site près de la rivière Don et quand les Allemands sont parvenus à 100 kilomètres, l'école a été déplacée au Kazakhstan où l’on s’entraînait sur YAK-1.

À ce moment-là , tous les instructeurs de vol ont été envoyés pour combattre les Allemands et de nouveaux instructeurs de vol ont été nommés par les étudiants. ” « A » était parmi les guides nouvellement élus. « A » a servi d'instructeur de combat jusqu'en octobre 1944.
Alors on a décidé d'envoyer les instructeurs de l'école au front, afin qu’ils obtiennent une expérience réelle du combat et afin aussi qu’ils puissent en revenir meilleurs et ainsi relayer leurs connaissances aux étudiants.

« A » a été envoyé au « 1er front Biélorusse » où il a piloté le YAK-9T comme escorte rapprochée des IL-2. L'unité entière était sous les ordres du commandant d'artillerie du front et leur rôle était de défendre l’ IL-2 qui avait à son bord un officier d'artillerie au lieu du mitrailleur arrière et qui était envoyé pour localiser les unités allemandes et pour informer l'artillerie de leurs positions.

Ils volaient en dispositif de 7 à 9 avions : – 1 IL-2, quatre à six YAK-9T comme escorte rapprochée (pas moins de 500 m) et 2 YAK-9T supplémentaires comme escorte de haute altitude.

Q : Aviez-vous la radio à bord ?
A : Seulement le chef de vol et son n°2 avaient un émetteur-récepteur, tous les autres n’avaient qu’un récepteur .
Q : Quels étaient les avions allemands contre lesquels vous combattiez ?
A : En grande partie des variantes du BF-109, des FW-190 et des Ju-87 également.
Q : Avez-vous rencontré des chasseurs allemands ?
A : Non, à ce moment-là de la guerre ils étaient ( ?????) et ne serraient pas allés à la rencontre d’un plus grand groupe de combattants, seulement pour harceler un ou deux avions.
Q : Avez-vous essayé de chercher les chasseurs allemands ?
A : Non, notre travail était de protéger notre IL-2. C’était plus important. Permettre qu’il soit abattu n'était pas une option.
Q : Avez-vous rencontré des tirs ou reçu des coups de la DCA ?
A : Nous connaissions les emplacements des canons de DCA et ainsi on les contournait. J'ai reçu seulement un coup et mon trim a été endommagé.
Q : Quel était votre place en vol ?
A : J'étais le n°2 du chef d'escorte.
Q : Avez-vous beaucoup volé et avez-vous ressenti la fatigue du combat ?
A : Non, nous avons eu du bon temps. Parfois nous ne volions pas pendant une semaine et nous n'avons rien à faire.
Q : Combien de sorties de avez-vous effectuées sur le front de Biélorussie ?
A : 25.
Q : Avez-vous eu des problèmes pour toucher des cibles avec le canon de 37 millimètres des YAKS ?
A : Non, il avait un fort recul mais je gardais ma vue et n'avais aucun problème pour frapper des cibles.
Q : Le YAK exigeait-il des efforts physiques pour le piloter ?
A : Pas du tout, nous volions entre 400 et 450 km/h et il n'y avait pas de telles charges à cette vitesse.
Q : À quelle altitude commenciez-vous à utiliser le compresseur ?
A : On activait le supercharger et on mettait les masques à oxygène au-dessus de 5000 m, mais puisque je n’avais pas l’habitude de voler à cette hauteur, je ne les utilisais pas.
Q : Comment contrôliez-vous le pas d’hélice ?
A : Nous utilisions le réglage du pas d’hélice seulement pour les vols sur de longues distances pour économiser le carburant, autrement il était à 100%.
Q : Comment avez-vous trouvé le YAK-9 ?
A : Je l'ai beaucoup aimé, il était très bon, sûr et simple, il pourrait être piloté par n'importe quel pilote moyen et il est facile à faire décoller et faire atterrir.
Il n'avait pas d’habitacle pressurisé et aucun système de chauffage, donc il faisait très froid en hiver. Nous portions des vêtements polaires.
On avait l’habitude d’avoir notre réservoir de carburant rempli et cela dégradait le comportement de l’avion. Les «chasseurs » de chez nous qui allaient à la rencontre des avions allemands, tenaient leurs réservoirs partiellement remplis pour une meilleure capacité au duel.
Le YAK-3 était un meilleur avion et avait un habitacle mieux organisé sans tous les radiateurs sortants comme dans le YAK-9. Les Français du Normandie-Niemen l’ ont eu.
Q : Qu'avez-vous fait après la Biélorussie ?
A : J'ai été posté en Biélorussie jusqu'à ce que la guerre en Europe ait été terminée. Ensuite nous nous sommes déplacés en Mongolie pour combattre le Japonais avec la même tâche qu'en Biélorussie. Après deux sorties, la guerre était terminé.
Q : Et ensuite, après la guerre ?
A : Je suis devenu chef d'escadron et j’ai piloté le La-9, le La-11, leMig-15 et le Mig-17. J’ai eu à me former sur Mig-19, mais en 1958 l'Armée de l'Air a été forcée de faire des coupes et le programme a été arrêté.
Q : Quel avion avez-vous trouvé le meilleur ?
A : les Mig-15/17. Ils sont presque identiques.
Q : Que diriez-vous sur la gestion du pas d’hélice sur La et consort ?
A : J'ai plus aimé le YAK. Il était beaucoup plus facile à faire décoller et atterrir.
Q : Deviez-vous donner beaucoup de pied pendant le décollage ?
A Ce n’était pas un réel problème. Après que la roulette de queue soit levé, je donnais plus de pied pour compenser la tendance accrue à aller sur le côté en raison du couple.
Q : Que s’est-t-il passé après les coupes ?
A : On m’a offert d’être second au commandement à la place de leader mais mon épouse a dit « assez » et je suis parti de la force aérienne avec des prestations de retraite complète.
Q : Avez-vous volé comme un simple travail ou avez-vous vraiment aimé ça?
A : Oh j'ai beaucoup aimé voler et aurais souhaité pouvoir le faire jusqu'à ce jour.
Revenir en haut Aller en bas
GR_2/33_Diabolo



Nombre de messages : 6578
Age : 46
Localisation : Hte Savoie / Annecy
Date d'inscription : 24/02/2007

MessageSujet: Re: Interview pilote russe   Dim 6 Mar 2011 - 15:38

Merci Wirbel
Revenir en haut Aller en bas
http://www.groupe-savoie.fr/
RTA_Redfox
Major
Major


Nombre de messages : 9952
Age : 47
Localisation : Tuskegee airport
Date d'inscription : 06/11/2005

MessageSujet: Re: Interview pilote russe   Dim 6 Mar 2011 - 16:18

Thank
Revenir en haut Aller en bas
http://flyingtagger.blogspot.com/
F/JG300_Vylsain
Fähnrich
Fähnrich


Nombre de messages : 5878
Age : 27
Date d'inscription : 07/07/2006

MessageSujet: Re: Interview pilote russe   Dim 6 Mar 2011 - 16:30

Excellent ! Merci Wirbel !
Revenir en haut Aller en bas
RTA_Propane
2nd Lieutnant
2nd Lieutnant


Nombre de messages : 299
Age : 25
Localisation : de l'autre coté de l'atlantique!! Oui oui je fais ca a la nage ^^
Date d'inscription : 09/01/2011

MessageSujet: Re: Interview pilote russe   Lun 7 Mar 2011 - 1:18

j'ai pas tout compris les propo technique d'aviation , mais j'ai tout de même capter 90% je dirais Razz très sympa !!!
Revenir en haut Aller en bas
F/JG300_Olaf
Oberfeldwebel
Oberfeldwebel


Nombre de messages : 1664
Date d'inscription : 24/09/2008

MessageSujet: Re: Interview pilote russe   Dim 20 Mar 2011 - 16:54

Très intéressant .
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Interview pilote russe   Aujourd'hui à 16:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Interview pilote russe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interview Rob Davis, pilote de "Big Beautiful Doll" post Duxford
» [Blabla] Interview de...
» [récit] Interview avec un Mangeur d'Homme
» Les phrases perles sportives (commentaires, interview..etc)
» [Vidéo] La Légende d'Ignaqua : Interview de Jean-Christophe DRUEZ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
GEFUV :: Le tripot de Macao :: -
Sauter vers: